Un « comportement anormal » du tueur avait été constaté en 2015 après l’attentat de « Charlie Hebdo », mais il n’avait pas donné lieu à un signalement, a précisé le ministre de l’intérieur, qui assure que des « sanctions » seront prises si des erreurs ont été commises.

« Incompétence »« dissimulation », voire « scandale d’Etat » visé par des attaques de l’opposition concernant l’attaque qui a fait quatre morts à la Préfecture de police de Paris, le ministre de l’intérieur, Christophe Castaner, s’est exprimé, dimanche 6 octobre, sur TF1. Alors que plusieurs membres de l’opposition réclament sa démission, le représentant de la place Beauvau a estimé que « la question ne se pose pas ».

Dès le début de son interview, le ministre de l’intérieur a toutefois reconnu « des failles, puisque trois hommes et une femme sont morts sous les coups de l’assaillant ». « S’il y a eu des fautes, il faudra les corriger. S’il y a eu des erreurs, il faudra les sanctionner », a-t-il ajouté. Et d’insister : « Evidemment, il y a eu des dysfonctionnements. » Christophe Castaner, qui avait assuré peu après cette attaque au couteau que le suspect « n’avait jamais présenté de difficultés comportementales », a rappelé sur TF1 qu’« aucun élément sur une quelconque radicalisation n’apparaît dans son dossier administratif ».

Converti à l’islam depuis une dizaine d’années, Mickaël Harpon, un informaticien de 45 ans qui travaillait depuis 2003 à la direction du renseignement de la Préfecture de police de Paris (DRPP), avait pourtant adopté au fil des ans « une vision radicale de l’islam »a révélé samedi le procureur antiterroriste. Les premières investigations ont notamment souligné son « approbation de certaines exactions commises au nom de cette religion » et « sa justification » des attentats de Charlie Hebdo en 2015.

Un signalement avorté

Sur ce point, Christophe Castaner précise que deux de ses collègues avaient « fait état, en juillet 2015, d’un comportement anormal et d’une altercation suite à l’attentat de Charlie Hebdo ». Le policier en charge de la radicalisation « les as rencontrés, les a écoutés, il leur a expressément demandé s’ils voulaient faire un signalement administratif. Ils auraient, selon les informations qui m’ont été communiquées, décidé de ne pas faire de signalement »« Si ces faits sont confirmés, le dysfonctionnement est à ce moment-là […] Nous aurions alors évité le pire », poursuit le ministre de l’intérieur.

Et de maintenir qu’« aucun signe n’était apparu dans le dossier administratif de l’individu laissant penser à une radicalisation », précisant que « le suspect présentait de bonnes notes ces dernières années » et que son « habilitation a toujours été renouvelée ».

Christophe Castaner affirme que l’enquête ouverte par le Parquet national antiterroriste (PNAT) permettra de « creuser cela ». Le lancement, par le premier ministre, de deux missions d’évaluation, confiées à l’Inspection générale du renseignement, devra également permettre de pointer les dysfonctionnements.

Face aux critiques visant le ministre de l’intérieur – plusieurs membres de l’opposition réclament à sa démission –, le premier ministre, Edouard Philippe, lui a assuré sa « confiance », samedi, refusant de « répondre à des polémiques politiciennes ».

Castaner sera auditionné par la commission parlementaire

Christophe Castaner sera auditionné mardi par la délégation parlementaire au renseignement sur les « dysfonctionnements » qui ont mené à la tuerie de la Préfecture de police de Paris, a annoncé à l’AFP son président Christian Cambon.

« Nous sommes dans les éléments techniques pour savoir où cela a péché », a expliqué M. Cambon. « On va essayer de trouver quels sont les dysfonctionnements. » « Il y a une chaîne de questions intéressantes qui sont : l’habilitation, l’identification des membres qui se sont radicalisés, la sécurité et surtout la question de savoir quels éléments cet agent de maintenance informatique a pu se procurer. » Car « il peut les utiliser, les transmettre », a-t-il souligné.

Christian Cambon a ajouté que la délégation pourrait ensuite décider d’entendre d’autres responsables, en fonction des réponses du ministre entendu à huis clos.

« Nous ne savons pas les informations auxquelles il a eu accès »

Le secrétaire d’Etat à l’intérieur, Laurent Nunez, a pour sa part déclaré dimanche sur BFM-TV ne pas avoir connaissance de l’existence d’une cellule autour du tueur de la Préfecture de police :

« L’enquête va se poursuivre pour déterminer l’ensemble de ses contacts mais, à ce stade, ce que je peux vous dire au vu des informations qui sont les miennes et en se référant à ce qu’a dit le procureur national antiterroriste, on ne peut parler de l’existence d’une cellule. »

Il a, cependant, concédé ne pas savoir à quelles données cet informaticien travaillant à la direction du renseignement de la PP avait pu avoir accès : « Nous ne savons pas les informations auxquelles il a eu accès. Pour l’instant, nous n’avons pas de raison de penser qu’il a pu transmettre des informations. […] Il faut qu’on y voit clair le plus vite possible là-dessus. »

Malgré les critiques, M. Nunez a écarté l’hypothèse d’un rapide changement à la tête de la DRPP ou d’une réforme de ce service susceptible d’être intégré à la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) : « Pour l’instant, ce genre de questions ne se pose pas. La priorité, c’est l’investigation », a affirmé celui qui dirigea la DGSI de 2017 à 2018. « S’il y a eu des dysfonctionnements, il y aura des sanctions », a-t-il cependant promis, à l’unisson du ministre de l’intérieur.

Le monde

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

C’est au sein du gouvernement qu’i ly a les failles graves :

E. Philippe et Castaner notamment, et qui ont été des choix  » politiques » et non des choix de compétences… On en voit un des tristes résultats…

En attendant, ce sont les français, à commencer par les policiers, qui trinquent…

Un article écrit par un Polytechnicien et haut fonctionnaire responsable de services de sécurité intérieure.
L’article est intitulé :
Préfecture de Police : le déni de Christophe Castaner est une trahison
La peur d’être taxé d’islamophobe : notre principale faille de sécurité.

Passionnant, ne saurait être taxé de racisme, mettant en avant les personnes qui pourraient aider à éradiquer la faet devrait être envoyé à Macron et Casta.
https : //www. Causeur. Fr/prefecture-police-paris-islamisation-attentat-christophe-castaner-166875

Castaner reconnaît.. des » dysfonctionnements » .. c’est à dire « des mauvais fonctionnements du système «  dit comme ça, c’est évidemment pas de sa faute.. et bien sûr pas de démission. En plus «  des » dysfonctionnements et pas « un. Donc c’est encore plus désastreux. Comment les citoyens peuvent -ils encore croire au bon fonctionnement de l’Etat? Avec un gouvernement qui cumule à la fois, des mises en examen de près ou de loin , des grèves multiples touchant toutes les corporations, des projets de réformes majoritairement contestées ,des manifs sans cesse et maintenant des dysfonctionnements dramatiques dans leur sécurité ( dixit le ministre)?

C est curieux si vous êtes Patron d une entreprise vous êtes responsable de tout ce qui se passe dans votre entreprise si vous êtes ministre vous n êtes responsable de rien… Tout cela semble normal a tout le monde ?

Dans n’importe autre pays, même Européen, ce ministre aurait déjà démissionné ou été démissionné depuis longtemps;mais pas en France  bizarre non?

« le suspect présentait de bonnes notes ces dernières années »
Mort de rire.
Ou comment prendre les gens pour des imbéciles…
Les notes annuelles dans la Police vont de 1 à 6 et fonctionnent de la manière suivante :
Les premières années, en sortant d’école, les fonctionnaires commencent à 3.
Puis leur note monte les années suivantes de façon automatique, c’est prévu et fixé avec les syndicats et l’administration, afin que le fonctionnaire arrivé à 5 ou 6 puisse ensuite accéder au grade supérieur lors de la commission administrative paritaire.
Voila comment cela fonctionne chez les administratifs comme les actifs.
jamais  les  notes redescendent …
Lorsqu’un fonctionnaire travaille moins bien ou moins tout court, le chef de service a trop peur qu’une baisse de sa note démotive davantage encore l’intéressé…
Alors, magie du management de l’administration, tous les « anciens » sont notés au max, et les jeunes, souvent plus motivés, ont des notes inférieures…
Merci M. le Ministre !

Castaner ne démissionnera pas ,il l’a dit  lui même,et il ne sera pas viré par Macron car :

Macron n’a personne pour le remplacer. C’est son fidèle compagnon de route.
démissionner ? Vous riez ?.
Pauvre pays… Priez le ciel qu’il nous retombe pas sur la tête.

Ce pouvoir cumule mais cumule les bévues par paquets de 1. 000
qu’il continue.
C’est pas fini. Nous allons avoir encore des révélations et c’est reparti. Pour des polémiques. Les journalistes ne vont pas se gêner,ils vont informer les français (c’est leur devoir)
Les gens n’ont plus confiance, c’est acté.
que cela vous plaise ou pas messieurs et mes dames du gouvernement et de lrem . PLUS confiance.
C’est Macron et Philippe qui devraient démissionner !!!

 

Publicités