Lorsque la CFDT et l’UNSA vont appeler à la reprise, Macron jouera ensuite à fond le pourrissement, notamment afin de frapper le peu de résistance syndicale qui existe encore à travers particulièrement la CGT…

Il faut par conséquent anticiper stratégiquement ce qui se profile !

Pour cela, AG des grévistes, GJ, partis, syndicats, associations, tout ce que compte le pays de sympathisants organisés doivent prendre l’initiative commune d’un APPEL NATIONAL à créer des COMITÉS de SOUTIEN LOCAUX en soutien à la grève.

L’objectif est de mettre en mouvement la partie de la population encore consciente susceptible d’aider ceux qui font la grève (distribution de tracts, blocage, prise de contact avec les salariés dans les boîtes privées, caisse de solidarité, actions coups de poing,…), d’aider à son élargissement et de créer un climat qui leur soit favorable.

Un code de bonne conduite devrait obliger tous les participants AUX COMITÉS de SOUTIEN à mettre de côté leur appartenance partisane (leur sigle) pour faire prévaloir l’intérêt commun.

Vite, vite, vite : 26e jour de grève !

Le temps presse, il n’est que temps de prendre les initiatives pour créer de vrais réseaux locaux de soutien !

Ce vaste réseau local à mettre en place est différent de ce que l’on appelle « Comité de lutte » ou « Comité de grève », qui correspond davantage aux noyaux des militants de la cause.

Il nous faut ré-élargir plus encore !

D’évidence ceux que Monsieur Macron représente ont des actions concertées avec des buts précis. Il y a bel et bien une lutte de classe, avec des adversaires capables d’actions sur le très long terme. En fait c’est une reconquête pour le capital depuis deux événements majeurs : le programme du conseil national de la résistance après guerre et les accords de Grenelle après leur grande frayeur de mai 68.

Patiemment, pas à pas, en créant des crises et en argumentant de pseudo-solutions incontournables, en s’emparant des médias (voir le chemin du journal « Libération » soutenu financièrement dans ses débuts par des concerts et des appels à ses lecteurs jusqu’au financement aujourd’hui par des « jeunes » barons prédateurs charismatiques de l’industrie – un véritable vol -) le capital avec une incroyable patience a non seulement reconquis toutes ses positions mais compte bien aller de l’avant et augmenter encore sa domination.

évidemment cette grève ne mettra pas à mal ce pouvoir si elle ne présente pas les ferments d’une possible révolte. Mais elle montre quand même l’intelligence collective en mouvement et cela n’est pas rien.

Il fut que les syndicats ,les grévistes s’emparent légalement des médias pour ainsi faire le contre poids au pouvoir ,à Macron ,au capital en agissant ainsi la grève durera et les grévistes pourront avoir d’autres salariées du public et du privé et d’autres secteurs venir les rejoindre ,gonfler leurs rangs et aussi ainsi faire contre poids vis à vis de Macron avec ses belles promesses ,son chant des sirènes !!!

out est là, dans cette totale main-mise du Kapital sur les esprits au jour le jour, minute après minute, d’autant plus efficace que « l’info » consommée par le plus grand nombre  charrie en contrebande  toute l’idéologie du système ( politique, économie, culture…) le tout frappé au sceau de la neutralité, l’impartialité, l’objectivité… ni vu ni connu ! Chez le médecin, en voiture, au bureau, en salle de repos, à la maison… Impossible d’échapper à ce lavage de cerveau ! ( il suffit d’écouter autour de soi les « éléments de langage  » sortis en droite ligne des TV, radios et autres merdias « mainstream » : « on vit plus longtemps, il faut travailler plus longtemps » et tutti quanti !

La bataille de l’info et de la « com » fait rage depuis longtemps et à l’évidence les moyens sont disproportionnés entre les deux camps . Je crois que nos intellectuels devraient prendre ce problème à bras-le-corps  si on veut espérer remonter la pente . DELENDA EST CARTAGO !

OUI LA GRÉVE CONTRE LA REFORME DES RETRAITES DOIT S’INTENSIFIER !!!!